• Le silence de l'obscurité

    Le silence de l’obscurité

    Après une longue journée à écrire des articles pour le journal auquel il travaille, Daniel était bien heureux de rentrer chez lui. Il dina rapidement au vu de l’heure tardive et se pressa d’aller s’allonger dans son lit pour se reposer, il fallait encore travailler demain. Comme à son habitude il regarda l’heure sur son réveil avant de s’endormir, vingt-trois heures, il ne lui restait plus que sept heures à dormir. Enfin plongé dans l’obscurité, il ferma les yeux dans l’espoir de s’endormir rapidement, par chance il régnait un silence d’or dans la pièce. Du moins c’était presque le silence, il entendait comme une sorte de respiration, enfin il se dit que ça devrait être un courant d’air mais cela sonné étrangement régulier. C’était bel et bien le bruit d’une respiration, Daniel garda les yeux fermé et se concentra pour savoir si ce bruit était réellement là ou si c’était son imagination qui lui jouait des tours. Un souffle lent et intense résonnait dans ses oreilles mais il ne parvenait pas à déterminer sa source. Il décida d’ouvrir les yeux, il n’y avait rien, juste l’obscurité et son réveil qui brillait dans le coin de la pièce sans pour autant éclairer quoi que ce soit. Pourtant Daniel ressentait une présence, il se sentait observait, épier dans cette pièce pourtant fermée à clé. Alors qu’il se redressa pour mieux guetter l’endroit, il remarqua qu’il était en sueur comme s’il venait d’effectuer un sprint. Il s’essuya le front avec la manche de son pyjama et décida d’allumer la lampe de chevet.
    La pièce s’éclaira et Daniel put ainsi confirmer qu’il n’y avait personne dans sa chambre en dehors de lui-même. Il se rallongea avec la lumière allumée et fermer les yeux quelques secondes avant de se concentrer, il n’entendait plus ce bruit de respiration, son imagination lui avait fait défaut. Il ré-éteignit la lumière avant de se coucher, bien décidé à s’endormir pour de bon. Mais à peine quelques minutes furent passées qu’il lui semblait de nouveau entendre ce bruit de respiration, immédiatement il ouvrit les yeux pour regarder autour de lui. Là, prés de son lit, il lui semblait voir des yeux sombres, presque éteins, l’observant calmement. Il se redressa et agita le bras là où devrait se trouvait la personne l’observant mais il ne fit que battre l’air, aucune présence n’était là, même les yeux semblaient avoir étés une illusion. Qu’importe cette frayeur, Daniel décida de s’allonger et de fermer les yeux, il essaya de s’endormir sans prêter attention à la respiration qui continuait à se faire entendre. Celle-ci était de plus en plus forte, presque comme si quelqu’un était allongé juste à coté de lui. Agacé il ouvrit les yeux pour voir ceux qui étaient vides l’observait de très près, à seulement quelque millimètre. Puis Daniel s’endormit d’un coup.

    Le lendemain, au bureau de presse, un homme qui travaillait là averti ses collègues :
    « Dites, Daniel a laissé un drôle de message pour essayer de m’effrayer sur mon répondeur cette nuit vous aussi ? »
    Ses collègues le regardaient choqués, l’un d’eux s’avança vers l’homme et lui confessa tristement :
    « On a appris ce matin que Daniel est mort durant la nuit à cause d’une crise cardiaque, apparemment il était surmené et son cœur n’a pas supporté. Désolé… »
    L’homme qui était un ami de Daniel alla s’isoler dans un coin, il pleura la perte de son ami et en sa mémoire, réécouta les dernières paroles de celui-ci sur son répondeur :
    « Si au moment de t’endormir tu entends quelque chose respirer, n’ouvres pas les yeux, sinon tu dormiras à jamais. »

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :