• L'esprit libre

    L'esprit libre



      Cédric discutait tranquillement avec son amie Camille, devant leur lycée, les cours venaient juste de finir. Les deux jeunes discutèrent un petit moment avant de partir chacun de leur coté, avant de tourner le dos à Cédric, Camille lança un « à plus tard » accompagné d’un sourire en coin et d’un clin d’œil significatif. Cédric savait bien à quoi la jeune demoiselle faisait allusion et il avait hâte lui aussi. À peine fut-il rentré chez lui qu’il salua rapidement ses parents et monta dans sa chambre. Il verrouilla la porte afin d’être sûr de ne pas être dérangé, puis s’allongea dans son lit et ferma les yeux.
      Il avait désormais l’habitude de faire ça, c’était devenu très facilement pour lui. Il se força à faire le vide dans sa tête, en ne pensant plus à rien même au fait de ne pas penser, c’était difficile mais avec l’entrainement qu’il s’était imposé,  il y parvenait en moins de cinq minutes désormais. D’un coup il ne sentait plus son corps, mieux que ça, il n’avait plus de corps. Il était devenu immatériel et pourtant il existait. Sans avoir d’œil, il voyait, d’ailleurs il se voyait allonger dans son lit, inerte, il avait réussi à sortir son esprit de son corps. Il fila et voyagea à travers la région, passant au-dessus des routes, des champs et des forêts, il connaissait sa destination. Il n’avait jamais su expliquer comment tout cela était possible mais ça l’était et il se contentait de cette possibilité magnifique. Il s’arrêta au-dessus d’une colline, là il sentit la présence d’un autre esprit, c’était celui de Camille, bien qu’il n’y ait aucun visage ou forme à voir, il sentait qu’elle souriait, lui aussi d’ailleurs. Ils s’élevèrent parmi les nuages, et profitèrent du coucher de soleil qui donnait une magnifique nuance de rouge et d’orange au ciel, même le sol se laisser ambiancer par cette lumière.  Les deux esprits restèrent là à observer le paysage, puis chacun repartit rejoindre son corps.
      Cédric, redevenu physique, se leva sur ses jambes avec un sentiment de bien-être intense. Il n’avait qu’une hâte, recommencer le lendemain, rien d’autre monde n’était plus génial que d’être libre ainsi.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :